En 2014 macandphoto change de nom, rendez vous sur

www.photoetmac.com

Merci d'updater vos bookmarks !

 

 

Accès direct :



« Enfin ! Google Earth sur Mac ! | Accueil | Moins de 1% des élèves téléchargeraient légalement leur musique ? »

lun. 12 déc 2005

Test complet d'Aperture (part 1)

Aperture_ecran_1 Alors ça y est ! Aperture 1.0 tourne sur mon Powermac (deux G5 à 2ghz avec 2Go de ram et une carte ATi de 128 mo), l'installation s'est passé assez vite et sans soucis. A l'issue de celle-ci, une fenêtre d'accueil me propose plusieurs options... Parmi elles, je choisi "importer bibliothèque iPhoto"...

 Oui vous avez bien lu... iPhoto ! Qui ne correspond pas à mes besoins et que j'ai tant critiqué ici ou (pour d'assez bonne raisons), d'aucun s'en souviennent et se souviennent aussi des empoignades passionnées en commentaires entre les pro et les anti...

Importation de ma iPhoto library !

Je ne l'utilise pas évidement, je lui ai préféré iView Media Pro il y a longtemps comme beaucoup de collègues photographes. Cependant, petit à petit je commence à comprendre (et admettre) qu'iPhoto puisse séduire les amateurs et répondre pas si mal que ça à leurs besoins... Voilà pourquoi j'entretiens une petite base iPhoto de quelques centaines d'images. A titre d'expérience, et aussi pour me tenir au courant de l'évolution de ce soft. Cela tombe bien cette library va me servir de test pour Aperture !

Aperture_ecran_2 Ma première pensée est pour ces nombreux photographes pas trop branchés informatique, qui ont opté pour la simplicité avec leur premier Mac et commencé avec iPhoto. Bonne nouvelle, pour eux pensais-je, leur iPhoto library va se transformer d'un clic en Aperture library... Aperture importe parfaitement les "rolls" et autres "album" de votre base iPhoto mais c'est au prix d'une duplication de la library iPhoto ! Pour un soft qui est censé nous faire économiser de l'espace disque cela est un poil dommage.

Mais bon, on peut imaginer qu'un partage d'une même base aurait été source de certains problèmes, voire impossible à réaliser... Ma petite iPhoto library de démo pesait 2,17 Go, quelques minutes plus tard ma nouvelle Aperture library en pèse 2,64. Il faudra donc penser (si vous savez ce que vous faites) à suprimer la première après votre switch pour allèger votre disque... Qu'en serai-t-il si je désirais demain gèrer via Aperture mes 700 Go d'images et documents PSD actuellement  catalogués par iView ? Et bien cela se ferait au prix d'un doublement de l'espace disque. Là, il y aura un hic, vu que les deux emplacements internes de mon G5 sont pleins ! Mais nous n'en sommes pas encore là...

Tout est caché sous le capot

Petite parenthèse à ce propos : Aperture est comme iPhoto un logiciel ou la mécanique est cachée sous le capot. C'est à dire que, une fois l'importation des images réalisée, vous ne vous préocuperez plus du tout de l'emplacement physique de vos images et devrez faire 100% confiance au logiciel. Une philosophie agréable et rapide pour un débutant, mais que j'ai refusé systématiquement jusqu'à présent et qui m'a toujours fait préférer iView Media Pro à iPhoto (c'est même le point noir de iPhoto pour une utilisation professionnelle). Ceci est un débat important sur lequel je reviendrais.

Une interface de luxe

Premiers contact avec l'interface : elle est très belle. Sobre, toutes en gris délicats, on se sent à l'aise  et Apple n'en à pas fait trop... J'apprécie que la place ne soit pas gaspillée à faire de gros boutons en reliefs au détriment de l'espace de travail, comme c'est le cas avec certains soft qui sous prétexte qu'ils doivent séduire des photographes deviennent rapidement anti-ergonomiques à force d'effets graphiques.  Cela dit, lors de mes premières minutes sur l'interface (faute peut-être de connaitre tous les racourcis claviers), je n'ai pas tout à fait la sensation de retrouver les démos ébouriffantes et autres vidéos de la conférence (à laquelle j'ai assisté début décembre), ou les photos rebondissaient dans tous les coins, et sautaient les unes sur les autres, un peu comme dans un dessin animé de Tex Avry... Finalement cela ressemble un peu à un catalogueur d'images... normal ! Et c'est très bien...

Un monstre de puissance !

Avant d'aller plus loin, il faut prendre conscience qu'une machine très rapide est nécessaire pour faire fonctionner Aperture, et en particulier du côté de la carte graphique. Cela exclu d'entrée de jeux beaucoup de Macs vendus par Apple depuis quelques années.

Aperture_ecran_5_1Pour savoir si le votre peut faire tourner Apperture, téléchargez cette petite Application : Aperture Checker. Et vous en concevrez - peut-être - une certaine déception en apprenant qu'il est nécessaire de possèder au minimum un Powerbook G4 à 1,25 ghz, ou un iMac ou PowerMac G5 à 1,8 ghz. Dans mon cas je ne pourrais donc pas l'utiliser en reportage sur mon PWB 12" vieillissant.

Alors en attendant mon prochain Laptop (MacIntel si je suis très patient ou PC si je suis impatient), iView a de beaux jours devant lui (du moins pour vider nos cartes)... Message aux développeurs d'iView : vous avez un répis certain pour optimiser votre table lumineuse qui devrait être en mesure d'afficher 8 images (ou plus) plutôt que 4 (actuellement), avec une possibilité de gèrer à la souris leur disposition et leur surface... Il est clair que l'arrivée d'Aperture place la barre très haut en ce qui concerne cette fonctionnalité indispensable (complètement absente de Adobe Bridge, petite remarque en passant, cela devrait leur donner des idées chez Adobe).

Aperture_ecran_3_2

 

Ce n'est que le début de l'aventure...

Aperture est donc conçu pour le futur (les machines du futur autant que les besoins du futur) et il faut admettre que la présentation à la-quelle nous avons pu assister à bluffé tout le monde... Les machines de courses utilisées étaient certes à la hauteur, mais il fallait bien ça : on a même cru percevoir un ou deux ralentissement lors de certaines opérations, en particulier lors de l'aller-retour d'une image de 140 Mo entre Aperture et Photoshop...  Cela montre bien à quel point Apple a anticipé la prochaine montée en puissance de ses machines professionnelles sur lesquelles Aperture sera autorisé à mobiliser des ressources très importantes pour faire des choses ambitieuses en terme d'affichage et de traitement par lot en tâche de fond... Dans cette optique, l'avantage d'Apple par rapport à ses concurents dirtects (Nikon, Phase One, iView, Portfolio, Photoshop...) est d'avoir facilement accès aux couches profondes du matériel et du système pour accèlérer son produit : un peu comme Microsoft le fait avec Office sur PC qui - il faut le reconnaitre - a toujours été plus fluide que sur Mac...

Bon passons maintenant à la manipulation du logiciel proprement dite. A lire ici : C'est pas gagné (prise en main d'Aperture part 2)...

Prise en main d'Aperture : PARTIE 1 - PARTIE 2 - PARTIE 3

Par VIBERT dans 90 - LOGICIEL : Apple Aperture | Permalink | Commentaires (26)

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341c048f53ef00d83464795353ef

Listed below are links to weblogs that reference Test complet d'Aperture (part 1):

Commentaires


Pur_next RETOUR HOME MACANDPHOTO.COM